Des difficultés de la parentalité au développement de soi.

Table des matières

Bienvenue à tous les parents, et à tous ceux qui, un jour, le deviendront et bienvenue à tous les enfants devenus adulte aujourd’hui,

Par cet article, je vous partage un regard qui m’a incroyablement enrichie : comment nos enfants peuvent être les catalyseurs de notre propre croissance personnelle.

Loin d’être seulement des êtres à guider et à éduquer, nos enfants nous offrent des leçons précieuses, nous poussant à nous développer et à évoluer en tant qu’individus à l’intérieur d’un couple.

Ils sont souvent le miroir de nos propres comportements et émotions, reflétant des aspects que nous ne voyons pas toujours clairement.

Chaque parent connaît les joies et les défis de l’éducation : les nuits sans sommeil, les crises au milieu du supermarché, les disputes sur les devoirs ou l’heure du coucher.

Mais au-delà de ces épreuves, il y a une vérité plus profonde et souvent plus réjouissante.

Ces défis quotidiens, aussi frustrants soient-ils, sont des occasions d’apprendre, de se révéler et de ne surtout pas s’oublier.

Ils nous obligent à nous remettre en question, à développer de nouvelles compétences et à approfondir notre compréhension de la vie et de nous-mêmes en solo ou dans notre couple..

Si vous vous êtes déjà senti dépassé, fatigué ou même échoué en tant que parent, sachez que vous n’êtes pas seul. Une libération émotionnelle peut vous permettre d’avancer . Voir l’article : https://reveillezvospossibles.com/liberation-emotionnelle-vers-une-meilleure-gestion-des-blocages/

Chacun de ces moments est une étape vers une plus grande ressource et un plus grand épanouissement personnel.

Pourquoi les difficultés de nos enfants sont des ressources pour notre croissance

La parentalité, souvent perçue comme un parcours semé d’embûches, peut en réalité se transformer en une véritable mine d’or pour soi.

Chaque défi, chaque moment de tension avec nos enfants, est une invitation à plonger en nous-mêmes pour y découvrir nos états émotionnels, notre sécurité intérieure, nos aspirations, nos rêves et des trésors cachés de résilience, de patience et de compréhension.

Pour illustrer cela, Je vous partage mon expérience personnelle.

Il y a maintenant 28 ans de cela, j’ai été bleffée par une consultation chez un kinésiologue à la suite d’un problème d’une de mes filles.

Arrivée dans son cabinet, le kinésiologue après un cours entretient a donné des crayons et des feuilles à ma fille et lui a proposé de dessiner. Elle avait 5 ans.

J’étais assez étonnée. Pendant ce temps, il m’a fait une séance de kinésiologie en me posant de nombreuses questions.

J’étais vraiment surprise de constater comme j’étais hyper stressée à l’intérieur de moi et comme je refoulais une forte colère.

A la fin de la séance, je me suis sentie très détendue, Je pensais cela tout à fait normal puisque je m’étais exprimée sans filtre. 

Quelques heures après, dans l’après-midi ma fille a répété plusieurs fois : » Hou la la  je me sens bien »

A ce moment en un instant, j’ai pris conscience de la connexion émotionnelle que nous avions toutes les deux.

Le début de mon travail de développement personnel a commencé là, grâce à une de mes filles ET cela l’a beaucoup détendue en ricochet.

J’ai alors aussi entendu et pratiqué le traitement dont elle a bénéficié par la suite pour guérir. Son pédiatre m’a précisé qu’il me l’avait déjà proposé mais visiblement, je n’avais pas du tout été réceptive.

C’est ainsi que j’ai compris que mes filles étaient des ressources à leur insu pour plonger et faire émerger une de mes parties stressées qui m’empêchait d’entendre ou de voir des solutions .

M’occuper de ma colère a permis de récupérer la capacité de soigner ma fille et m’a ouverte à cette connexion parent /enfant qui a enrichi mes relations avec elle, avec mon entourage et dans mes accompagnements.

Grâce à cette difficulté rencontrée, j’ai ouvert une voie que j’ai explorée bien plus tard après plusieurs expériences. Je me forme pour être à l’écoute de ce que je ressens énergétiquement et de m’en libérer quand cela est douloureux ou me fatigue. J’apprends à me soigner différemment .

Révélation de compétences cachées

Lorsque nous faisons face à des crises ou des conflits, nos réactions instinctives peuvent parfois nous surprendre. Elles sont uniques et différentes d’un parent à l’autre.

Une situation difficile avec un enfant peut révéler notre capacité à rester calme sous pression, à communiquer clairement nos pensées et sentiments, ou encore à faire preuve d’empathie même dans le feu de l’action.

Chaque parent va réagir en faisant de son mieux, avec ce dont il dispose. En lâchant la culpabilité, c’est l’expérience qui permettra de réajuster la réaction

Ces compétences, souvent insoupçonnées jusqu’à ce qu’elles soient mises à l’épreuve, sont des atouts précieux qui se développent dans le contexte exigeant de la parentalité et qui peut être utile dans chaque domaine de la vie.

J’aime partager cette anecdote.

«  Lors d’une interview après une prise d’otage, un médiateur qui venait d’assurer une négociation longue et difficile avait répondu à une journaliste que les médiations les plus difficiles qu’il avait eu à faire étaient … avec ses enfants.

Ils remerciaient d’ailleurs ses enfants car ils lui avaient donné des compétences précieuses 😉 😉 « 

La négociation avec ses enfants est une compétence que l’on acquiert qui s’apprend et qui est bien utile. Les erreurs dans ce cas sont heureusement et normalement sans danger et tout à fait acceptables.

Nécessité d'une écoute profonde

Plus que jamais, ces situations nous poussent à écouter vraiment, non seulement les mots de nos enfants mais aussi les nôtres — nos pensées internes, nos émotions fluctuantes.
Cette écoute profonde nous offre une meilleure compréhension de ce que nous vivons et de ce que ressent notre enfant.
Elle nous permet de détecter les subtiles nuances de nos interactions, et ainsi d’ajuster notre comportement pour mieux répondre aux besoins de la situation.
C’est également grâce à des incompréhensions lors de la période d’adolescence que je me suis intéressée à la CNV « Communication Non Violente ». Entendre mes besoins et ceux des autres pour trouver une solution commune et co-construite est très riche. Cela aboutie à une solution dont je n’ai pas souvent l’idée. Elle est satisfaisante pour chacun.

Mieux se comprendre soi-même

En définitive, chaque défi parental est une opportunité de mieux se connaître.

 En réagissant aux besoins et comportements de nos enfants, nous apprenons aussi sur nos propres limites, nos valeurs et ce qui nous motive vraiment.

Cette connaissance de soi est fondamentale, car elle est la première étape vers un changement personnel significatif et durable.

Les défis de la parentalité ne sont pas juste des obstacles à surmonter, ils sont des catalyseurs de croissance pour chaque parent.

En nous mettant au défi, nos enfants nous invitent à explorer et à développer des parties de nous-mêmes qui pourraient rester inexplorées.
Ce processus n’est pas seulement bénéfique pour notre relation avec nos enfants, mais il enrichit également notre propre vie, en nous rendant plus conscients.

C’est exactement ce que j’ai vécu lors de notre séance chez le kinésiologue que j’évoquais au début de cet article.

Par cette séance, j’ai pris conscience de ma colère refoulée dont je me suis occupée.

Par leur difficulté, mes filles m’ont ouverte au développement personnel : à ma colère, à ma culpabilité, à mon hypersensibilité, à ma positivité, à ma capacité d’adaptation, à ma créativité, à ma résilience. Elles m’ont permis de m’ouvrir à mes vulnérabilités comme à mes points forts.

Cela continue, même si aujourd’hui elles sont adultes.

Grâce à notre lien privilégié, indestructible, elles me permettent des prises de conscience et ainsi de ré-ajuster mon comportement pour réveiller une ressource qui me permet d’ouvrir d’autres  champs de compréhension passionnant..

En accueillant sans culpabilité ni reproche ces parts de nous qui émergent, nous prenons conscience de ce qui est essentiel pour nous, de ce qui nous anime vraiment ou de ce qui nous anime plus du tout.
Elles sont forcément différentes d’un parent à l’autre ce qui permet là aussi de ré-ajuster la part de chaque parent au sein du couple, au sein de la famille, au sein de son travail ou de la société .

Cette étape de la parentalité peut être une étape majeure pour rester sur le chemin de nos aspirations ou pas.
Elle développe notre capacité d’écoute envers nous-même et envers les autres.
Elle peut nous surprendre et ainsi aiguiser notre capacité d’adaptation.
Souvent un ré-ajustement est nécessaire pour ne pas laisser nos aspirations ou nos rêves s’évanouir.

Qui ne sait pas perdu sur ce chemin ? Accumulant des frustrations jusqu’à ne plus pouvoir avancer ?

Nos enfants sont vigilants et à leur manière, ils nous le témoignent à travers leurs difficultés.

 
 

Pour ne pas se perdre

 La parentalité, bien que semée  de défis quotidiens, se révèle être une source inestimable de croissance personnelle et de découverte de soi.

Nos enfants, loin d’être de simples responsabilités à guider, sont de véritables catalyseurs qui nous incitent à explorer et à développer des aspects méconnus de notre personnalité.

Chaque conflit, chaque moment de tension avec eux, nous invite à plonger plus profondément en nous-mêmes, découvrant ainsi des réservoirs cachés de résilience, de patience et de compréhension et bien d’autres ressources encore.

Par le miroir de leurs difficultés, nous apprenons sur nos propres limites, nos valeurs, et ce qui nous motive réellement.

Mes filles ont été des déclencheuses pour un travail personnel passionnant où  j’ai découvert ma colère, ma culpabilité, mes reproches , mon hypersensibilité, ma positivité, ma capacité d’adaptation, ma créativité, ma résilience. En cela , je leur suis reconnaissante. Voir l’article: https://reveillezvospossibles.com/la-reconnaissance-et-la-gratitude-une-meme-competence/

Elles m’ont permis de m’ouvrir à mes vulnérabilités comme à mes points forts.

Je suis revenue à mes envies, à ma motivation après quelques frustrations et méandres qui m’ont permis de m’enrichir de ressources auxquelles je ne m’attendais pas, comme mon hypersensibilité, ma connexion, mon inclusion, ma persévérance, ma patience, mon écoute etc..  Aujourd’hui, j’explore encore.

Bien souvent, lorsque l’on dévie de ce qui nous inspire ou lorsque l’on perd la direction de nos aspirations en devenant axé sur une vie qui nous convient peu, nos enfants nous le témoignent à leur manière.

Cette prise de conscience n’est pas seulement bénéfique pour notre relation parent-enfant, mais elle enrichit également notre vie de manière globale, nous rendant plus conscients et adaptatifs tout en restant motivée par la vie.

Ainsi, accueillir et apprendre de ces défis nous permet non seulement de renforcer les liens avec nos enfants mais également de nous épanouir en tant qu’individus en ré-ajustant la voie de nos aspirations et de nos rêves.

«  Il n’y a pas d’aspirations trop ambitieuses juste un temps trop serré « nous expriment souvent mes coachs Claire Labbé et Amandine Colin  http://www.ethiqueetauthentique.com

La parentalité est une étape de vie précieuse qui souvent demande un ré-ajustement de nos aspirations et ambitions mais certainement pas un abandon.  

Nos enfants peuvent y être vigilants à travers leur difficultés, ils sont des ressources d’évolution pour nous, pour continuer vers nos aspirations quoiqu’il arrive .

Je serai ravie que cet article vous inspire à voir chaque moment de friction, chaque crise, non pas comme un échec mais comme une invitation à mieux vous connaître pour permettre de réveiller vos ressources inexplorées et vous embarquer vers ce qui vous anime vraiment .  

Les récompenses vont au-delà d’une relation plus harmonieuse avec nos enfants.

Elles s’étendent à une meilleure compréhension de nous-même, jusqu’à la révélation de notre compétence unique pour enfin exprimer nos aspirations les plus chères.

Belle aventure à tous.

 

 

 

N’hésitez pas à me poser vos questions ou à partager dans les commentaires un point de l’article qui vous a particulièrement intéressé et même pourquoi pas un petit bout de votre histoire où un de vos enfants vous a permis de faire une prise de conscience importante qui à changer votre regard

Cela fera écho à certain et du bien à tous.

Au plaisir d’échanger.

Vous avez aimé cet article. Il donne des pistes pour « rev’eiller vos possibles ». N’hésitez pas à le partager, vous êtes un maillon de la réussite de vos proches.

Au plaisir.

14 réponses

  1. J’avais conscience que les enfants sont des éponges mais je ne voyais pas les choses sous cet angle. Ton point de vue est très intéressant. Dorénavant je vais être plus attentive pour tirer mes leçons.

  2. Merci Claire pour ton beau partage personnel 🙂
    Je suis ravie de lire que ce chemin d’attention et d’ouverture à ce que ressentent les différents membres de ta famille t’a ouvert des portes bien plus vastes de réalisation de toi.
    Je n’ai pour ma part pas d’enfants mais dans l’accompagnement thérapeutique que je propose on peut noter un très fort lien de l’enfant à sa mère dans ses premières années, ce qui fait que souvent travailler sur les problématiques de la mère a un impact direct sur le bien-être de l’enfant. Au delà de cela, dans une perspective transgénérationnelle, on transmet nos traumas comme nos succès à nos enfants et donc certaines choses que l’on a pas eu le temps, l’envie ou la conscience de regarder par rapport à notre histoire peuvent ressortir dans la vie de nos enfants et petits-enfants, comme un rappel ou un miroir. Et c’est alors à l’adulte de prendre cette responsabilité de pacifier plutôt que de laisser l’enfant porter quelque chose qui en grande partie ne lui appartient pas.

    1. Merci Flore pour ton commentaire et ton témoignage professionnelle. Ce que j’expérimente également est le ré-ajustement du couple avec des prises de conscience des 2 parents sur leurs histoires personnelles dès les premières difficultés de l’enfant. C’est également un beau challenge.

  3. Merci Claire pour ton article qui évoque tant de réalité et de vérité. Nous sommes parents de 3 grands enfants : garçon, fille et garçon tous séparés d’environ 5ans. Je le dis parce que la période peut aussi avoir une conséquence sur la façon d’éduquer nos enfants. Egalement, certaines situations difficiles que traversent nos enfants peuvent nous remuer et nous provoquer. A nous d’en tirer la meilleure leçon et le bon apprentissage.

    1. Merci Pascal et Mylène pour votre témoignage. Les situations difficiles que vivent nos enfants nous touchent à tout âge, cela est bien vrai mais cela impacte ou bouleverse moins longtemps avec ce regard bienveillants pour tous. Cela nous garde souple d’esprit :):):)

  4. Ton article est très intéressant, merci !!
    Jeune maman, il me permettra d’aborder les choses différemment avec mon ptit bout pour éviter de lui déverser mes traumatismes.

    1. Merci Florianne de ton partage.
      Je suis ravie que ce point de vu t’inspire. je te souhaite de prendre soin de toi et de te libérer de tes traumatismes. Ton petit bout en sera enchanté. Il te dira peut être comme ma fille: « oh la la qu’est ce que je me sens bien ». :):):) En tout cas je te le souhaite et belle aventure à vous.

  5. C’est incroyable comme les enfants (les animaux aussi) sont des éponges qui prennent sur eux les émotions. Pour moi, ce sont des êtres purs. Merci d’avoir partagé ton expérience.

    1. Merci Jackie pour ton retour. Oui j’ai découvert comme les enfants ( et les animaux) absorbent les énergies autour d’eux qui ne leur appartiennent pas. L’éducation peut masquer cette compréhension et étouffer cette compétence . Lorsque l’on sait la reconnaitre, cela permet de la libérer ce qui est vraiment utile pour notre bien-être. Je la redécouvre aujourd’hui à travers mon hyper sensibilité re-révélée. La libération se fait vraiment beaucoup facilement.

  6. Merci pour votre article que je viens de découvrir ! J’aime dire que mes enfants sont une véritable encyclopédie. Comme vous, j’ai beaucoup appris sur moi avec eux.

    1. Merci Sophie pour votre retour. Nous devrions tous apprendre cela lors de notre préparation à l’accouchement. :):):)
      Beaucoup de parents et moi la première auraient été plus détendue dès notre premier enfant. Au plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Partagez ce post

Articles, réflexions et inspirations

Sortez de vos blocages

Sans sécurité pas d’épanouissement durable.

Chère lectrice, cher lecteur,                                                                                                                                                                                              Si vous êtes ici c’est que sans doute vous êtes à la recherche

Lire la suite »